mardi 9 janvier 2007

Les personnes agées - comment mieux les servir et mieux actualiser l'apostolat des laics?

Je suis heureux d'être prêtre à Montréal et d'oeuvrer avec les fidèles laics et confrères prêtres dans la vigne du Seigneur. Tous les jours il y a de nouveaux défis à relever et de nouvelles opportunités pour laisser se déverser la charité pastorale dont la source est la Sainte Trinité

Une question brûlante d'actualité est le nombre décroissant de prêtres et inversement le nombre croissant de résidences - publiques et privés - pour personnes agées. Lorsque j'étais curé dans la paroisse précédente notre équipe pastorale à Becket ne pouvait pas offrir de liturgie dans toutes les résidences qu'il y a toujours sur le territoire, mais il y a beaucoup de bénévoles qui encore aujourd'hui visitent et qui apportent la Sainte Communion.

Bien sur j'aime les gens et je me sens mal de ne pouvoir faire suite aux demandes qu'on me fait régulièrement d'aller célébrer des Messes, soit dans une résidences pour personnes agées, soit dans une famille, soit pour une noce dans une autre paroisse. Je n'aime pas devoir répondre à de telles demandes avant ou après les Messes dans l'église, surtout le dimanche, parce que c'est un temps pour être présent aux gens, et pas pour planifier des affaires.

Après les messes le dimanche surtout mais même sur semaine, quand j'essai de me rappeler ce qui s'est passé dans ces conversations avec les gens, qui m'a dit quoi, ou qu'est-ce que je devais me rappeler à faire, presque toujours j'ai déjà oublié et impossible de me le rappeler. Voilà pourquoi j'essai de dire à tous ceux qui veulent des choses de prière me rappeler sur semaine afin que j'ai l'esprit libre et clair pour donner une réponse juste et éclairée, et pour que je puisse prendre pleine conscience de ce que je fais et prendre note de ce que j'aurai à faire par la suite.

Voilà pourquoi je préfère ne jamais "transiger" des affaires à l'Église, car tout mon être est orienté à une présence au Seigneur et aux fidèles rassemblés pour la seule fin de la liturgie et la prière. On est présent aux gens comme berger pour noter les gens qui par exemple seraient en besoin d'onction des malades ou de réconcilation ou de conseils, etc. Je suis très vulnérable lorsqu'on m'approche en église avec des demandes pour des services ou qui exigent un suivi ou me rappeller de quoi que ce soit.

Nos effectifs diminuent de façon dramatique et rapide ici dans l'Église de Montréal et un peu partout dans l'occident. Dans une proportion inverse, le nombre de résidences, manoirs, et centres d'hébergement pour les personnes agées se multiplient et le fera encore jusqu'à l'épuisement de la génération "baby-boomers". En 2006 j'ai cru comprendre que le Cardinal aimerait que toutes les paroisses puissent pouvoir avoir à la main un inventaire de résidences, et l'archidiocèse pour sa part veut exercer davantage de supervision de ceux qui offrent ou prétendent offrir des services pastoraux, en sorte qu'ils et elles exercent cet apostolat avec le support et la supervision des curés pour les résidences sur leur territoire.

Depuis que j'ai commencé un ministère à temps partiel comme aumonier à l'Hôpital Lakeshore, j'ai commencé à tenter d'utiliser les ressources du CSSS de l'Ouest-de-l'Île pour pouvoir dresser un inventaire des résidences dans notre milieu. Je me demande si cela intéresserait quelques membres de la paroisse ici à S. Luc ou ailleurs dans l'Ouest de l'Île afin de participer à ce projet.
De plus, il y a la question de la multiplication des Messes hors du contexte d'une vue d'ensemble de la gestion de nos ressources, à savoir nos prêtres, et d'une bonne discussion autour de la question qui chercherait à établir quelle serait la meilleure façon de répondre aux besoins des personnes agées pour la Sainte Communion en sorte qu'on mobiliserait davantage les laics afin de ne pas les priver d'occasions de répondre à l'appel du Seigneur à participer dans l'apostolat essential à tout chrétien.

Il y a aussi la question d'un local digne d'une telle célébration liturgique. J'ai vécu des situations terribles, comme au Manoir Pierrefonds ou il fallait faire cela dans une grande salle à l'entrée avec tout le bruit de la porte et du téléphone de la réceptioniste. Il est grand temps qu'on se donne une approche raisonnée auprès de ces résidences et de leurs directeurs pour mieux gérer la qualité de nos services et prendre meilleur soin de nos ainés.

J'apprécie la personne qui m'a donné cet opportunité d'enfin exprimer quelques-uns des sentiments et les pensées que je porte en moi depuis des années mais qui n'ont pas jusqu'ici trouver la lumière du jour. En tant que prêtre dans la situation qui est la nôtre dans l'Église de Montréal, je me sens coincé entre la pression intérieure de la charité pastorale qui veut se dépenser pour les gens d'une part, et la pression extérieure qui vient de la situation toujours changeante de nos effectifs et des demandes d'autre part. Il faut faire quelque chose et ça presse, parce que cela deviendra beaucoup pire et rapidement. Je prie que le Seigneur nous éclairera bientôt.

Avec tout le respect que j'ai pour les membres de notre belle Église de Montréal et ce que les fidèles font pour la gloire de Dieu et le bien-être de ces gens qui en raison de leur âge ou d'autres conditions de vie se trouvent plus vulnérable et incapable de se joindre à l'assemblée dominicale, je fais à tous mes souhaits pour une Joyeuse Saison de Noel - jusqu'au 2 février, la Présentation du Seigneur - et une Bonne, Heureuse, et Sainte Année. Que vous et vos familles vous trouviez bénis dans la paix et l'amour de Dieu maintenant et toujours et connaître la joie du Paradis à la fin de vos jours!!!

l'abbé Gilles

Aucun commentaire:

Publier un commentaire